Ouverture IHU: la déclaration liminaire FO


Chères et chers camarades, voici la lettre concernant le positionnement du syndicat Force Ouvrière face à l’ouverture imminente de Institut Hospitalo-Universitaire de Strasbourg.

Ce présent document a été lu lors du dernier CHSCT et CTE du 23 septembre 2016.

 

« Monsieur le Président,
Mesdames,
Messieurs,

Aujourd’hui FORCE OUVRIÈRE doit se positionner par rapport à l’organisation matérielle et humaine du futur IHU.

IHU un nouveau concept, une clinique privée au sein d’un CHU légitimée à grand renfort médiatique comme une campagne présidentielle.

Mais le constat est sévère et démontre une fois de plus où sont les préoccupations gouvernementales et enfonce le clou dans la volonté de casser notre Hôpital Public.

Ainsi l’IHU va ponctionner telle une sangsue parasitaire, une activité choisie de l’Hôpital Public sans même dire une clientèle choisie.

Alors que le CHU est dans la tourmente budgétaire avec un déficit de plus de 30 millions d’euros et que l’on demande aux équipes soignantes dans le sens le plus large et noble du terme de se serrer la ceinture, on assiste à une création ostentatoire d’une valeur de plus de 100 millions d’euros qui sera sans aucun doute surtout utile à leurs propres investisseurs privés.

Comment expliquer aux médecins de diminuer leurs prescriptions médicamenteuses et examens complémentaires, comment expliquer aux soignants qu’il faut réorganiser, encore réorganiser et au final diminuer les effectifs tout en augmentant la charge de travail.

Nous avions déjà compris que la logique de l’Hôpital n’était plus de bien soigner mais bien de soigner à moindre coût, mais aujourd’hui nous dépassons un cap avec une vitrine sur la médecine à plusieurs vitesses.

Avec comme argumentation d’une sacro-sainte recherche permettant tous les excès, on se retrouve avec une véritable petite clinique privée dotée d’un matériel dernier cri ou même notre ARS a appris son existence une fois celui-ci acquis, comme quoi avec de bons appuis tout est envisageable.

La question aujourd’hui même si nous allons débattre des organisations pour défendre le peu qu’il nous est possible de défendre face au mastodonte des lobbyings privés, investisseurs et partis pris dans cette construction, c’est la finalité des options imposées par la loi santé dite moderne.

Après la mise en place de façon la plus autoritaire possible des GHT il nous est imposé un fonctionnement qui, nous le craignons, est très loin de l’esprit de l’Hôpital Public et d’une des premières valeurs républicaines qui est la même prise en charge des soins pour l’ensemble des citoyens.

Nous avons entendu le mécontentement d’une partie du corps médical au sein de la CME et nous pensons que celui-ci pose de vrais questionnements sur le fonctionnement du CHU et sur sa politique de santé.

Les agents ne tiennent que par leur éthique de soignants et la charge de travail ainsi que des conditions de travail qui se dégradent, entraine de réels risques professionnels.

Les 5 derniers suicides connus qui ont eu lieu cet été dans la FPH ne font que renforcer un sentiment légitime de spirale non vertueuse.

Quel est l’avenir de notre Hôpital Public, de nos agents et de la prise en charge de qualité de nos patients.

Pas de démagogie, juste un constat de terrain et aujourd’hui nous devons faire face à ce questionnement quand notre avis est demandé pour légitimer une organisation d’une clinique au sein de notre Hôpital Public avec un fonctionnement opacifié.

FORCE OUVRIERE se positionnera contre l’IHU qui de par son financement aura et a déjà des répercutions négatives sur notre Hôpital Public.

Le CHU doit garder son fonctionnement propre.

Or aujourd’hui, celui-ci est plus que compromis après les GHT une autre porte s’ouvre sur le démantèlement de l’Hôpital Public et il faudrait être dans le déni le plus complet pour ne pas s’en rendre compte.

Le Syndicat FORCE OUVRIÈRE «