Touches pas à mon C.G.O.S !


Le C.G.O.S existe depuis 1960 Et apporte des prestations sociales à l’ensemble des personnels de la fonction publique hospitalière. Il est financé par une contribution de 1.5% sur l’ensemble des salaires des agents de la fonction publique hospitalière, ce qui représente un budget d’environ 380 millions d’euros.

Mais le C.G.O.S est mis à mal depuis 2016. Nous constatons depuis plusieurs années à un tassement des recettes, conséquence de la politique des ministres de la santé qui se manifeste:

  • un blocage des salaires
  • par des suppressions d’emplois

L’assemblée Générale annuelle du C.G.O.S s’est tenue à Paris le 15 juin 2017. Devant cette situation budgétaire, plusieurs choix étaient possible mais celui qui s’imposait pour Force Ouvrière était le maintien en l’état de l’ensemble des prestations sociales.

Dans le rapport moral les propos tenus par le Président ne sont pas rassurants car son positionnement reflète d’une manière implicite les futures évolutions de la réforme territoriales, une prestation petite enfance nationale, un CESU fléché petite enfance uniquement.

 

Force Ouvrière vote contre le budget 2017 et dénonce la construction budgétaire conduite!

En effet, nous constatons que ce projet budgétaire  concerne uniquement les prestations d’aide sociale alors qu’aucune mesures n’a été entreprise concernant les prestations dites de service(billetterie, voyages etc…).

Il faut également souligné que les politiques d’austérité mené par les pouvoirs publiques n’ont fait qu’accroître une baisse des cotisations. Ainsi le pacte de responsabilité imposant 3.5 milliards d’économie aux hôpitaux, un ONDAM contraint, une politique restrictive des effectifs et un point d’indice toujours gelé n’ont  fait que fragilisé la politique social du C.G.O.S.

 

La FHF (Fédération Hospitalière de France) qui représente la moitié des administrateurs avec une organisation syndicale qui répond toujours présent lorsqu’il s’agit de remettre en cause des prestations sociales a simplement voté pour

  • La suppression de la prestation mariage (moins de 269 euros
  • La suppression de la prestation coupon sport (de 30 à 50 euros de participation)
  • La suppression de la prestation aide à la démarche d’adoption (qui était d’un montant de 1958 euros)
  • La transformation des prestations d’aide de la garde enfants de 0 à 6 ans servis dans les régions par une prestation nationale aléatoire, qui a pour conséquence la suppression des prestations crèche, assistance maternelle agrée, garde d’enfants avant et après école et aide à l’enfance, et ceci à compter du 1/01/2019!

A cela s’ajoute, les baisses décidées depuis le 1/01/2017

  • La prestation décès de 673 euros à 163 euros
  • La prestation maladie de 47% à 45%

 

Les syndicats FO, CGT, SUD et UNSA se sont opposés aux décisions proprement scandaleuses.

Si toutes les organisations syndicales avaient voté avec les autres organisations syndicales, les suppressions annoncées auraient été rejetées! En décidant de mêler leur vote avec La FHF, ils ont décidé d’agir contre les personnels.

 

Nous avons le devoir de vous en informer!

Force ouvrière prendra toutes ses responsabilités en mobilisant et en initiant toutes les démarches nécessaires auprès du Ministère de la santé pour permettre de redonner à la C.G.O.S, les moyens de son action et du sens à sa politique sociale.

 

Nous ne lâcherons rien!