Alerte sur la situation des EHPAD!!


La conférence de défense des EHPAD réunie ce 28 novembre, au siège de la confédération Force Ouvrière a regroupé 350
délégués de Maison de retraite et d’EHPAD, issus de 60 départements.

LE GOUVERNEMENT RESTE SOURD !

On ne peut pas répéter que « la prise en charge des personnes âgées est une priorité nationale » et décider, année après
année, de baisser les effectifs, aboutissant à ce que cette prise en charge soit remise en cause au quotidien. Ce qui également se traduit par la dégradation des conditions de travail.
Nous le réaffirmons aujourd’hui, nous personnels, délégués, représentant plus de 200 établissements, au nom de l’ensemble de nos collègues de tous les EHPAD, de toutes les maisons de retraite, nous n’acceptons pas la baisse continuelle des budgets qui, au nom de la réduction des dépenses publiques, entraîne la maltraitance institutionnalisée envers les résidents.

NON MADAME LA MINISTRE, LA SITUATION DES EHPAD NE SE RÉSUME PAS
À LA QUESTION DU « MANAGEMENT » !

Ce n’est pas une énième commission sur la QVT (qualité de vie au travail) qui améliorera les conditions de travail de l’ensemble des collègues des EHPAD, en lieu et place d’une augmentation des budgets et des effectifs.

En ne réagissant pas publiquement, nous serions complices de cette politique, ce que nous refusons !

Notre conférence de défense des EHPAD s’inscrit dans la continuité de la démarche commune du 19 octobre 2017, où, fait inhabituel, cinq organisations syndicales avec l’AD-PA (Association des Directeurs au service des Personnes Agées) ont décidé de rendre publique leur lettre ouverte à Emmanuel Macron lui demandant un rendez-vous.

C’est pourquoi, après le refus du président de la République de les recevoir, la Fédération FORCE OUVRIERE, propose que le même jour, sur tout le territoire, dans tous les EHPAD, et les maisons de retraite du secteur Public (territorial ou hospitalière) ou du secteur privé, soit organisée une grève nationale à la fin janvier/début février 2018, sur les revendications suivantes :

  • L’application de la mesure prévue par le Plan solidarité grand âge «un agent par résident»
  • L’arrêt de la baisse des dotations soins et dépendance induite par la convergence tarifaire, se traduisant par
    des milliers de suppressions de postes
  • L’attribution immédiate des moyens reconnus comme nécessaires aux besoins
  •  Le retrait des deux décrets du 21/12/16, portant réforme tarifaire introduite par la loi dite d’adaptation de la
    société au vieillissement du 28/12/15
  •  Le refus des glissements de tâches
  • L’amélioration des rémunérations, des perspectives professionnelles et des carrières dans le cadre du
    statut et des Conventions Collectives Nationales

MAINTENANT, ÇA SUFFIT ….. !