28éme Congrès Confédéral FO à Rouen


Le 28éme Congrès Confédéral de Force Ouvrière s’est tenu la semaine du 14 au 18 janvier 2019 à Rouen. Plus de 2000 participants issus de la Fonction Publique, Hospitalière et Territoriale, sont venus partager leurs travaux et leurs interventions dans les différents départements de France.
C’était également l’occasion d’affirmer nos revendications, notre engagement dans le syndicat et l’orientation de nos futurs combats.

Chaque journée a été rythmée par des échanges de paroles libres dans le respect de la démocratie et des lois républicaines.
Un moment de partage fort des expériences des représentants FO, qui ont pu s’exprimer devant la fédération et rapporter ainsi leurs expériences du terrain, la réussite des élections permettant à Force Ouvrière, premier syndicat dans de nombreux départements, que ce soit dans la Fonction Territoriale, la Fonction Publique ou la Fonction Hospitalière, réaffirmant leurs missions et leurs rôles auprès des agents, des adhérents.

Nous avons pu débattre de la future ligne de conduite de notre organisation syndicale pour les 4 années à venir, d’abord en séance plénière  puis en branches.

Ainsi dans la branche Santé FO, de nombreux intervenants ont apporté le même constat de la dégradation exponentielle de notre service de santé, des effectifs toujours revus à la baisse, la précarisation des métiers de la santé avec le recours à la contractualisation à outrance.

Les Camarades ont également parlé des retraites et de la mise en place du PPCR qui rallonge la durée entre les échelons et donc les carrières.

Un mot d’ordre qui a fédéré l’ensemble des congressistes était le blocage du projet loi santé.
Ce projet de loi santé qui retranscrit les mesures organisationnelles du plan « Ma santé2022 » permettant au gouvernement d’agir par voie d’ordonnance, pour faciliter la déconstruction du système de santé et de l’hôpital.

Les différents travaux des syndicats Fo représentant nos régions ont mis à jour de graves répercussions sur la qualité de prise en charge des patients et l’organisation de travail des soignants.

Tous les secteurs sont concernés de la médecine, la chirurgie, la psychiatrie, l’obstétrique (rappel de notre soutien aux collègues de la maternité de Bernay qui fermera après le passage du Président Emmanuel Macron à Grand-Bourgtheroulde) par la fermeture des lits, les suppressions de personnel, la mise en place du circuit ambulatoire véritable cache misère qui masque le défaut de moyens humains et matériels. Cette solution ne peut aboutir qu’à la privatisation du notre système de santé dans son entièreté et une médecine à deux vitesses qui aura alors perdu sa nature intrinsèque de service publique au service du citoyen dans une société qui revendique ses valeurs républicaines de liberté, égalité et fraternité pour tous !

intervention de ChristianPrudhomme Secrétaire Général FO HUS

Nous avons abordé bien des sujets comme notre soutien aux personnels et résidents des EHPAD en grande difficulté et pour lesquels nous exigeons la mise en place du ration soignant/résident, 60 ETP pour 100 résidents. Nous demandons purement et simplement la disparition des ARS agences de la « réduction des soins », qui interviennent souvent comme seules décisionnaires quant aux budgets alloués aux EHPAD.

La psychiatrie a été un point important, parent pauvre de la médecine, dont les moyens humains et matériels ne permettent plus une prise en charge des patients en souffrance psychiatrique, patients qui par faute de fermetures d’unités et de lits se retrouvent souvent à la rue, sans accès à leurs soins, leurs traitements. Certains établissements vont jusqu’à faire l’impasse sur un type de matériel de soin ou de médicament car devenus trop coûteux pour l’établissement! inacceptable !

Comment ne pas parler des groupements Hospitaliers de territoire, qui vont détruire les hôpitaux de proximité et interdire  l’accès aux soins pour de nombreux citoyens des zones rurales et des petites communes. Force Ouvrière rejette fermement les GHT et l’implication du syndicat dans sa mise en œuvre ! Nous boycotteront la participation au suivi national des GHT, dont la logique est d’intégrer les syndicats à l’accompagnement des contre-reformes, ce qui est contradictoire avec la défense des revendications et l’indépendance du syndicat !

Force Ouvrière s’oppose à la réforme du système de santé tel qu’elle nous est présentée et condamne le nouveau plan ONDAM (Objectif National des Dépenses de l’Assurance Maladie) qui programme de 2018 à 2022, un plan d’économie de 1.2 milliards d’euros sur les dépenses de personnels hospitaliers correspondant à la suppression de 30000 postes qui se surajoute aux fermetures de lits et suppressions des postes provoquée par la mise en place des GHT !

Le devant de la scène politique de ces derniers jours mis à mal par quelques irréductibles gilets jaunes a soulevé beaucoup d’interrogations et de vives interventions.  Si quelques gilets jaunes en colère, ont pu mettre en déroute un gouvernement méprisant et autosuffisant, quel place sera celle de notre syndicat ?

Il est clair que notre place n’est pas dans le grand débat que propose Mr Macron, ce spectacle d’adoubement des maires à la Macronie, grande débâcle caricaturale d’un gouvernement proche d’une dictature néo libérale qui impose à coup de 49.3 et de flash ball, sa vision élitiste de la société française.

Un gouvernement largué et déconnecté des réels besoins de son peuple au profit de la cash machine  sur fond d’inter mondialisation, qui récompense les  riches et les ultra- riches en opposant une classe d’élites à celle de la masse ouvrière, qui doit se résoudre à travailler toujours plus, à toujours plus se serrer la ceinture qui compte déjà bien des trous.

Ce gouvernement a, en l’espace de 2 ans, fait reculer le progrès social acquis durement par des camarades. Cette régression de nos acquis sociaux est inacceptable ! Aujourd’hui nous avons l’occasion à l’aube d’un big bang politique de réinvestir ce qui revient de droit au peuple, le pouvoir décisionnel politique démocratique ! Les revendications des  gilets jaunes rejoignent en de nombreux points les nôtres.

Un projet de déclaration

!

Confrontés au blocage de la revalorisation du point d’indice depuis 10 ans, qui a provoqué chez les fonctionnaires une baisse de 18% de leur traitement.

Provoqués par le refus d’augmentation des salaires pour les fonctionnaires, alors que la police et les agents des impôts, obtiennent justement une hausse de salaire car dixit le Ministre DARMANIN : « Ils n’ont pas fait grève permettant ainsi la mise en oeuvre du prélèvement à la source » !

Excédés par les politiques successives de destruction et de privatisation des services publics, dont la forme à l’hôpital s’inscrira dans la mise en oeuvre de la loi santé, ils ont également dénoncé les fusions forcées d’intercommunalité et la création de communes nouvelles.

Mais déterminés plus que jamais à définir en détails, l’élaboration du cahier de revendications;

Les 1020 délégués du Congrès des syndicats Force Ouvrière dans les hôpitaux, EHPAD et collectivités territoriales s’engagent à préparer dans chacun de leur établissement, les Assemblées Générales des personnels dans l’unité avec tous ceux qui sincèrement entendent revendiquer:

  • La hausse immédiate des traitements, salaires et pensions de 18%
  • Abrogation des mesures PPCR d’individualisation, de destruction des carrières
  • La titularisation des contractuels
  • Abrogation du jour de carence
  • Le maintien de nos mille hôpitaux publics, de toutes nos maisons de retraite publiques pour lesquelles nous exigeons l’application immédiate et inconditionnelle du ration 1 agent pour 1 résident
  • La suppression des ARS « agences de la réduction du service public hospitalier »
  • L’abandon des projets de fusion des départements, des projets d’intégration des départements et des métropoles
  • L’abandon du transfert de la compétence eau aux EPCI
  • L’abandon du projet de la Loi Santé et du projet de réforme de la Fonction Publique, de la retraite universelle par point

Parallèlement, la mobilisation spontanée d’une population qui a osé laisser éclater sa colère sans demander d’autorisation à personne, nous place devant nos responsabilités.

C’est pourquoi, les 1020 délégués du Congrès FO décident de se mobiliser pour répondre à l’appel à la grève d’une semaine à compter du 3 février qui culminera le 7 février dans la montée à Matignon des personnels de tous les établissements hospitaliers, de toutes les collectivités territoriales.

 

Tous en grève!

Revendiquer, résister, reconquérir!

Tous à Matignon pour aller chercher l’argent!

Pour aller chercher l’ensemble de nos revendications!