Manifestation du 21 février pour les EHPAD et la suite ?


Le jeudi 21 février se tenait une manifestation devant l’ARS en vu de porter les revendications  pour une amélioration de la prise en charge des personnels et des personnes âgées en EHPAD.

On sait très bien que l’ARS est l’organe décideur et que cette (r)évolution ne pourra être envisagée si l’ARS ne prends en compte l’ensemble des difficultés rencontrées dans les EHPAD. Accompagnée de l’intersyndicale, une délégation FOHUS, a été reçue par le Directeur de l’Agence Régionale de Santé.

Aujourd’hui, on sait que la situation de la prise en charge de nos aînés est catastrophique, inhumaine et inacceptable !

La population est de plus en plus vieillissante et grâce à l’avancée des techniques médicales, l’âge moyen d’espérance de vie est sans cesse repoussé. On parle d’un 4éme âge et il n’est pas rare d’avoir dans les EHPAD des résidents centenaires.

On sait également que la population âgée dépendante va représenter une hausse de 25 % d’ici 2030 ! Alors que le budget alloué à la prise en charge de tels patients lui, ne progressera que de 1.8 à 2.5 % si des mesures urgentes du Ministère ne sont pas prises pour soigner dignement nos aînés.

Les moyens humains et matériels n’ont jamais été vraiment remis en question et ne sont plus adaptés à la situation actuelle. Ils ne permettent pas d’assurer un service de qualité pour des populations de personnes âgées complètement dépendantes avec des phytopathologies nécessitant des soins de nursing très lourds mais de en plus de soins techniques.

On connaît les quotas des personnels dans  les EHPAD où l’on voit régulièrement  1 soignant IDE pour 60 résidents voir plus, où  1 Aide soignant(e) est seul(e) pour faire la toilette de 20 résidents.  FORCE OUVRIÈRE demande à ce que les effectifs soient établis en fonction des pathologies des résidents et également que soit pris en compte le GIR (groupe iso-ressources) des résidents.

Force Ouvrière à maintes fois sollicité l’ARS sur le dossier des EHPAD et nous attendons toujours une réponse de leur part. Nos revendications sont simples et nous les porterons jusqu’à ce qu’elles soient obtenues que ce soit au niveau départemental, régional ou national.

  • l’application d’un professionnel  par résident
  • la revalorisation des rémunérations et des perspectives professionnelles de carrières, dans le cadre du Statut et des Conventions Collectives Nationales
  • l’arrêt des baisses de dotations et des plans d’économies   
  • le maintien de tous les effectifs en établissements et à domicile (y compris des contrats aidés, qui doivent être intégrés dans le statut et les conventions collectives)
  • l’arrêt des fermetures d’hôpitaux gériatriques
  • un plan d’embauche et de formation à la hauteur des besoins et attentes pour l’ensemble du secteur de l’aide et de la prise en charge des personnes âgées.

Au niveau national , Le 21 février dernier l’Elysée a refusé la délégation intersyndicale du secteur de l’aide aux personnes âgées !

Au niveau national, la délégation intersyndicale a été refusée par l’Elysée. Cette dernière  devait remettre les 35000 cartes pétitions et les 800 motions issues des réunions organisées dans les établissements depuis début janvier.

L’objectif de cette opération était de faire remonter les revendications des salariés auprès du Chef de l’Etat et de construire le rapport de force pour obtenir la hausse des effectifs et des salaires. Les EHPAD sont particulièrement touchées par la dégradation des conditions de travail et d’accueil des résidents.

Ce refus montre encore une fois le déni de notre gouvernement sur les difficultés d’une partie de la population et d’un système de santé en banqueroute !

Pourtant cet acte était un symbole fort avec les motions en direction d’Emmanuel  Macron pour exiger des mesures urgentes. Le fait que notre délégation ai été refusée montre un mépris flagrant pour les personnels en plein grand débat et nous  éclaire sur  les intentions du gouvernement qui a empêché les organisations syndicales de représenter des centaines de milliers de salariés.

Face à ce refus, il est d’ores et déjà acté que nous reviendrons ! 

Pour sa part FORCE OUVRIÈRE a proposé que l’intersyndicale appelle à la grève de tous les EHPAD le 19 mars et que se tiennent des assemblées générales soumettant à la discussion et au vote la reconduction de la grève.

Pour cette appel à la grève du 19 mars, seuls Force Ouvrière, la CGT et Sud continuent le mouvement afin de porter les revendications qui sont les nôtres depuis plus d’un an du secteur de l’aide aux personnes âgées.

Force Ouvrière demandera un nouveau rendez-vous à l’Elysée et convoquera une rencontre intersyndicale le 27 février espérant être, d’ici là, reçus.

REVENDIQUER ,RÉSISTER, RECONQUÉRIR