Déclaration liminaire CTE du 12 mars 2019


Comité Technique d’Établissement du 12 mars 2019

Déclaration liminaire Force Ouvrière

 

 

 

Monsieur Le Président,

Mesdames et Messieurs Membres du CTE des Hôpitaux Universitaires de Strasbourg,

 

En ce jour de séance Force Ouvrière ne peut que prendre la parole et réagir face à la situation devenue très difficile de certains professionnels de notre établissement.

Depuis des mois nous alertons sur le danger potentiel de la réunification des équipes et la nouvelle organisation des blocs au sein du nouveau bâtiment Hautepierre II et malheureusement nos inquiétudes se sont matérialisées de manière  factuelle pouvant entrainer plus que de la difficulté dans les tâches qui incombent aux professionnels quotidiennement.

Force Ouvrière a fait remonter les difficultés à mesure qu’elles se présentaient, de nombreux comptes rendus d’instances et autres réunions témoignent de la connaissance de tous des problèmes récurrents qui se posent à différents niveaux.

Nous n’allons pas aujourd’hui remettre l’ensemble des difficultés au centre de la discussion, mais nous vous demandons, Monsieur le Président, une véritable prise en compte de manière urgente de l’ensemble de nos remontées, des difficultés et nous vous demandons des actions rapides permettant un soulagement des conditions de travail qui entrainent une véritable souffrance de certains professionnels de notre établissement.

Nous vous avions alerté lors d’un acte de la mise en place d’une coordination forte au sein des 3 ilots des blocs opératoires pour permettre une organisation optimale et surtout sans être remise en cause de façon cyclique.

Nous vous avions alerté sur les difficultés que pourrait engendrer le système Juli’Hus et aujourd’hui celui-ci est une des plus grandes sources de dysfonctionnement de l’ensemble de l’organisation des ilots de Hautepierre II.

Il met clairement les professionnels en difficultés et sous pression constante en augmentant également leur charge de travail, il nous parait inconcevable qu’il n’y ait pas une prise en compte réelle de cette souffrance quotidienne pour pouvoir trouver des solutions de façon urgente.

Pour ne citer que le secteur de l’hygiène qui présente de gros manquements dus entre autre par la surcharge de travail des ASH, pour Force Ouvrière, nous demandons une enquête d’hygiène par le biais d’une équipe EOH qui permettra la mise en évidence de carences importantes entre les préconisations et les pratiques réelles sur le terrain.

Monsieur le Président,  aujourd’hui un grand nombre de professionnels est en difficultés caractérisées, nous avons des inquiétudes  et des difficultés qui nous remontent quotidiennement, c’est pourquoi et malgré déjà une entrevue obtenue avec la DRH et la DSSI, nous vous demandons de donner les moyens permettant d’apporter une sortie de cette situation de crise permettant aux professionnels de retrouver un cœur de métier serein, nettement plus acceptable  de par ces conditions de travail. Il est indéniable qu’il existe des risques néfaste sur les prises en charge des patients.

Force Ouvrière ne pourra pas rester sans réagir s’il en était autrement, nous comptons sur un engagement aujourd’hui permettant de redonner de vraies perspectives de sortie de cette crise qui pour nous est caractérisée, nous ne pourrons accepter une minimisation du constat factuel de ces conditions de travail des professionnels au sein de Hautepierre II.

Aujourd’hui, nous tenons également à dénoncer une pratique sur les exercices professionnels de certains agents au sein de l’établissement qui ne peuvent plus être tolérer, nous faisons face à un glissement de tâches professionnelles de façon institutionnel par manque de moyens.

En effet, que ce soit dans les soins ou dans d’autres exercices professionnels, nous constatons que des missions n’incombant pas, de par les référentiels professionnels et de par les diplômes, à ces professionnels et les mettent en difficultés.

Aujourd’hui, un nombre d’agent doit faire face à des ordres de missions les mettant ou les ayant mis en difficultés, nous restons à votre disposition pour les exemples permettant de porter un tel constat au sein de cette instance.

Nous vous demandons aujourd’hui de prendre conscience que ces professionnels à qui on demande d’effectuer des missions ou des tâches auxquelles ils ne sont pas formés, ni même autorisés, posent un véritable problème.

Vous êtes Monsieur le Président garant de leur sécurité, vous êtes garant de la sécurité de l’ensemble de vos agents et aujourd’hui vous mettez directement ou indirectement des professionnels dans des situations ou leur sécurité n’est pas assurée.

Ce sont des situations qui ne peuvent être supportables ainsi nous comptons sur une véritable prise en compte de ces situations et l’obtention de solutions permettant de résoudre ces véritables difficultés sur les exercices professionnels.

Par manque de moyens, il nous parait inconcevable de galvauder et détourner les missions et les exercices professionnels,  là aussi nous vous demandons une réaction forte et immédiate.

Ces deux sujets de par leur importance et ayant un impact sur la vie professionnelle et personnelle délétère pour les agents, Force Ouvrière ne se contentera pas d’une réponse de bien séance, nous vous demandons une véritable prise en compte de nos revendications et nous nous gardons toute possibilité et toute latitude pour instaurer un rapport de force s’il en était besoin.

Force Ouvrière prend et prendra ses responsabilités pour permettre une véritable prise en compte de ces difficultés et nous restons dans l’attente d’un véritable retour constructif, avec des actions et des moyens permettant de sortir de cette crise sur Hautepierre II, permettant aux professionnels de se retrouver dans leur véritable cœur de métier.

Nous restons à votre disposition pour toute rencontre ou demande d’informations complémentaires.

 

Nous vous remercions pour votre écoute.

 

Christian Prud’homme

Secrétaire Général FOHUS

 

Les membres CTE FOHUS