RÉQUISITION PAR LA POLICE POUR INJONCTION DE TRAVAIL


RÉQUISITION PAR LA POLICE POUR INJONCTION DE TRAVAIL!

FORCE OUVRIÈRE de la Région Alsace s’indigne de l’utilisation des forces de l’ordre pour contraindre médecins et personnels hospitaliers à soigner les malades avec des moyens notoirement insuffisants.

Le 28 mai dernier, plusieurs médecins et agents hospitaliers ont vu arriver chez eux, parfois au milieu de la nuit les forces de police ou de gendarmerie.

Quel était leur crime ? Celui de travailler aux urgences des CH de Chalon sur Saône et Lons le Saulnier.

Aux urgences de ces établissements, comme dans de très nombreux services d’urgences, médecins et personnels hospitaliers sont en grève pour réclamer les moyens d’une prise en charge décente des patients : des lits d’hospitalisation, du personnel et une valorisation juste de leur travail.

La police leur a intimé l’ordre, sur instruction du préfet, de se présenter immédiatement ou le lendemain matin à leur poste de travail aux urgences.

Des agents en arrêt de travail, en arrêts de travail ont vu la police arriver chez eux et ont dû justifier la réalité de leur incapacité à répondre à la réquisition.
Habituellement, en cas de grève, la Direction effectue des assignations pour le maintien de la continuité des soins.

Malgré la situation dégradée, les médecins et agents hospitaliers s’organisent spontanément pour assurer cette continuité des soins et la sécurité des patients.
Ils le font jusqu’au bout de leurs forces.

En niant la réalité des arrêts de travail, la Ministre expose les agents en épuisement professionnel aux conséquences les plus graves pour leur santé, pouvant aller jusqu’au suicide.

En envoyant la police, les autorités nient également la conscience professionnelle et l’engagement des personnels de santé auprès des malades.

C’est justement la défense de ces valeurs qui les pousse à se mettre en grève !

FORCE OUVRIÈRE de la région Alsace s’indigne de l’utilisation des forces de l’ordre
pour contraindre des médecins et personnels hospitaliers à soigner

les malades avec des moyens notoirement insuffisants