Manifestation du 21 septembre 2019: STOP à la réforme des retraites !


C’est ce samedi 21 septembre 2019 que Force ouvrière a donné rendez-vous aux salariés du secteur privé et secteur du public pour faire entendre leur farouche opposition à la réforme des retraites. Près de 20000 participants ont répondu à l’appel de FO.

Une réforme de plus pour diminuer les droits collectifs ?

Chaque réforme  passée, a considérablement dégradé les conditions des départs en retraite et les niveau de pension. Cette dernière mouture à laquelle voudrait nous sous mettre le gouvernement continue dans la même lignée. Ainsi, l’un des gros chantier de  la réforme est la mise en place de ce régime universel par points dont l’objectif est de baisser les retraites et de favoriser les assurances et la capitalisation.

Cela ne règlera pas la problématique du financement du système par répartition qui est malade du chômage, des salaires insuffisants et des exonérations de charges sociales.

Dans un système de retraite par répartition, les cotisations, versées par les actifs au titre de l’assurance vieillesse, sont immédiatement utilisées pour payer les pensions des retraités. Ce système repose donc sur une forte solidarité entre générations. Son équilibre financier dépend du rapport entre le nombre de cotisants et celui des retraités.

Quid de l’âge du départ à la retraite? La décision de maintenir à 62 ans l’âge de départ en retraite avec un « âge pivot » à 64 ans pour soi disant équilibrer les comptes n’est qu’un leurre. Il ne tient pas compte de l’état de santé des salariés, des différences d’espérance de vie  ((75,9 ans pour un ouvrier, 82,2 ans pour un cadre).

Aujourd’hui les jeunes commencent plus tard dans la vie active, poursuivent des cursus d’études parfois longs. Beaucoup de salariés ont connu ou connaissent une période de chômage plus ou moins longue. Certains sont en reconversions qui peuvent nécessiter des formations. Qui pourra, aujourd’hui encore, partir à 62 voire 64 ans avec 43 années de cotisations ?

Le véritable objectif ? faire des économies dixit le ministre Darmanin.

 

Réforme des retraites mais quel système? Annuités ou par points?

Dans un régime de retraite solidaire par annuités, l’employeur s’engage à verser au salarié un certain niveau de pension, les prestations sont donc définies à l’avance.
Dans un système universel par points, le Gouvernement peut faire baisser le montant de la pension en diminuant la valeur du point.

Et demain, tous loger à la même enseigne?

le régime universel va balayer toutes les spécificités professionnelles, qu’elles soient du public ou du privé. Il va balayer la diversité des carrières, de plus en plus marquées par des interruptions, choisies ou non, par la précarité, par le chômage, les allers retours du public ou privé ou inversement, ou d’autres statuts…

Le montant de la pension ne serait connu qu’au moment du départ en retraite, le système n’apporte aucune certitude sur le maintien du niveau des retraites. Il reviendra à chacun en fonction de la valeur du point, qui pourra varier d’une période à l’autre, de choisir entre le montant de la pension et son âge de départ, s’il est encore en activité !

Le régime universel, c’est donc la garantie d’une baisse des pensions et beaucoup d’incertitudes sur le montant futur de la pension.

 

Les fonctionnaires encore dans la ligne de mire!

Ce régime universel par points sera un facteur aggravant d’injustice entre les fonctionnaires. En prenant en compte l’ensemble de la carrière à la place du traitement des 6 derniers mois et tous les éléments de rémunération, le projet organise des baisses importantes de leurs futures pensions. En particulier,celle des milliers de fonctionnaires ne percevant pas ou peu de primes.

 

Pour FO, il faut conforter la retraite par répartition, garante de la solidarité intergénérationnelle fondée sur le régime général et les régimes complémentaires, les régimes particuliers, le code des pensions civiles et militaires.

Pour FO, le salaire différé que représentent les cotisations retraites ne peut être capté par l’Etat.

FO défend et défendra toujours la politique contractuelle et la gestion paritaire, véritable garant de la solidarité.