Grève des services d’hépato digestif du NHC : la pilule ne passe plus !


Les services de d’Hépato- digestif du NHC (UF 2251, 2252, 2254,2256) connaissent aujourd’hui une situation critique qui ne peut être laissée en l’état sans réaction de la part de la Direction qui en a pris connaissance lors d’une réunion tenue dernièrement.

Devant une problématique d’un manque important d’effectif au sein du pôle sur des postes vacants, il a été annoncé aux équipes en présence des organisations syndicales  lors de la réunion du vendredi 29 novembre la complète fermeture de 19 lits à  l’UF 2251 avec pour effet la réouverture de l’UF 2253 avec 15 lits de médecine, la réorganisation de l’UF 2254 en 24 lits avec 12 lits médecine et 12 lits de chirurgie et la création d’une unité de 10 lits post urgence hors pôle.

Il a été énoncé le fait que sur les effectifs de l’UF 2251, 8 IDE et 6 AS devront être repositionnés dans les autres UF du pôle d’hépato digestif et qu’1 IDE, 2AS et 1 ASH devront sortir du pôle d’hépato-digestif et ce dans un délai de 15 jours car l’opération doit être réalisée pour le début de l’année (6 Janvier 2020).

Aucun vœu n’a été recueilli pour les agents et ils ont clairement le sentiment d’être des pions que l’on déplace selon la convenance de la Direction.

Les agents sont écœurés du manque de considération, des sacrifices quotidiens entre leur exercice professionnel et leur vie privée (rappels sur repos, changements de planning inopinés). Ce pôle avait déjà fait l’objet d’une enquête RPS par la médecine du travail dont les conclusions étaient sans appel face à la détresse des équipes qui expriment très clairement une mise en danger du patient quand des agents de secteur conventionnel sont obligés d’aller remplacer au pieds levé dans des UF où elles ne sont pas formées au fonctionnement de certains dispositifs comme par exemple les scopes en soins continus de l’UF2256.

Lors de cette réunion d’information, la Direction a pu prendre la mesure du mécontentement des équipes face à une telle décision qui leur paraît injuste aux regards des efforts fournis par l’ensemble des équipes malgré la charge de travail croissante dans ce secteur difficile physiquement et psychologiquement  (plusieurs agents ont déjà été agressés par des usagers).

Les équipes travaillent depuis plusieurs mois en mode dégradé, les plannings ne sont plus aux cibles et ne respectent plus les temps de récupération, les roulements des équipes, les poses de congés annuels etc…

Les organisations syndicales Force Ouvrière, CFDT, CFTC et SUD déposent un préavis de grève pour le vendredi 13 décembre 2019, afin de dénoncer une non prise en compte de la situation  des services 2251, 2252, 2254, 2256 et une mise en danger des professionnels des différentes équipes des services médecine d’hépato-digestif.

Nos revendications sont :

  • L’abandon du projet de réorganisation
  • Le respect des trames des plannings, des roulements d’équipes, temps de récupérations…
  • Le respect des effectifs cibles pour chaque UF
  • Le respect des désidératas, poses de congés annuels
  • Pour l’UF 2256 : avec effet immédiat, le maintien d’1 IDE et 1 AS non volante pour les nuits, semaines et week-ends
  • 1 AS de J ou 1AS du matin semaine et week-end
  • Le remplacement de tous les scopes par de nouveaux modèles et la mise en place d’une centrale de rappel des scopes en salle de soin.
  • Pour l’UF 2254 : maintien de l’IDE en J de manière pérenne.

Suite au préavis posé, une réunion de négociation s’est tenue hier, les syndicats Force Ouvrière, CFDT, CFTC et SUD accompagnés d’un certains nombres d’agents prêts à poser leurs conditions de travail, ils étaient dans l’attente d’être entendus.

Nous avons eu la surprise de constater que la Direction Générale n’était pas présente, pour FO cela signifiait un manque de considération des personnels présents, un mépris des organisations syndicales présentes, dans ce cadre il a été décidé de mettre fin aux discussions.

Après concertation avec les agents, nous avons acté qu’un piquet de grève sera posé devant les locaux syndicaux ce vendredi 13 décembre dès 7 h du matin, pour Force Ouvrière, une ouverture d’un réel dialogue, avec les décisionnaires de la DG doit se faire en respect avec les agents qui attendent une prise en compte de leur situation et non pas un mépris affiché comme cela a été le cas.