Manifestation du 16 juin : Du jamais vu à Strasbourg depuis 20 ans !


Nous nous rappelerons tous de ce mardi 16 juin 2020 ! Quelle ambiance ! Plus de 5000 participants, un cortège qui n’en finissait plus de battre le pavé pour se rendre devant l’Agence Régionale de Santé.

Depuis le départ place Kléber, tous les professionnels de la Santé du public comme du privé, se sont donnés rendez-vous, les médecins, les infirmièr(es), IADE, IBODE, aide soignant(e)s, ASH, personnels administratifs, AMA, PMA, techniciens de laboratoire, kinés, sage-femmes, les brancardiers, les ambulanciers… tous les services ont répondu présents, SAMU/SMUR, Bloc op, EFNI, les services de réanimation, de cardiologie, d’hépato digestif, EHPAD, SSR,  psychiatrie…. Tous avec A leur côté, Force Ouvrière qui a organisé la manifestation, le parcours et le RDV à l’ARS d’une délégation de 13 personnes.

De mémoire de soignant, nous n’avons plus vu de manifestation de cette ampleur à Strasbourg depuis 20 ans !

C’était le bon moment pour nous de libérer notre parole, après des années de souffrance dans la plus grande ignorance du public et du mépris des gouvernements qui se sont succédés. Nos conditions de travail, nos métiers ont enfin une reconnaissance, un visage.

Ce visage, c’est celui des milliers de Personnels Hospitaliers, masqués, cernés, blessés, qui ont bravé cette épidémie COVID avec les moyens du bord, parfois avec des sacs poubelles en guise de blouses ! Les usagers ne sont pas près d’oublier ces visages, des « gueules cassées » des soignants envoyés en première ligne , esquintés par les élastiques des masques,  le regard perdu, le temps d’une courte pose, de quelques minutes de répit pour reprendre leur souffle et repartir au combat.

Il  y avait un avant COVID mais il y a surtout un après et dans nos coeurs de métiers, dans notre chair, les choses ne seront plus comme avant. Il est temps que les choses bougent !

 

Nous en avons marre d’être maltraités, d’être payés une misère, d’enchaîner les heures que l’on ne récupère jamais.

De plus en plus d’agents sont en burn out, en rupture avec leurs missions, leurs envies de prendre le temps de faire de bonnes prises en charge des patients. Les agents se sentent perdus et dénoncent unanimement cette perte de sens où les agents sont pris en tenaille entre leurs aspirations à prendre soin de l’autre et la loi des chiffres, des statistiques que leur impose notre gouvernement.

Cette période de COVID a été une véritable souffrance même si les Personnels Hospitaliers ont fait front ensemble. Combien sont-ils à avoir été contaminés, et quelles séquelles garderont-ils ? Combien sont-ils à ne plus pouvoir ou vouloir reprendre du service dans les conditions actuelles ?

Cette manifestation a été l’occasion pour nous de crier notre raz le bol de nos conditions d’exercice.

Pourtant nos revendications ne semblent pas irréalisables, nous demandons

  • une revalorisation de nos métiers,
  • des déroulés de carrière,
  • la possibilité d’évoluer
  • que nos droits à la formation soient respectés.
  • nous ne voulons plus de suppressions de lits et de postes,
  • plus de restructurations pour économiser quelques euros au détriment de la qualité des prises en charge et de la sécurité des patients et des agents.

Nous souhaitons revoir l’organisation des services autour du patient en concertation avec les équipes, un management bienveillant avec un arbre décisionnel horizontal, pluridisciplinaire et collectif !

 

Un rendez-vous a été demandé par Force Ouvrière HUS à l’ARS et une délégation de Professionnels de santé a pu rencontrer une Déléguée Territoriale du Bas Rhin et s’exprimer sur leurs expériences en pleine période COVID, le manque d’anticipation du gouvernement laissant les professionnels seuls devant l’afflux de patients COVID.

Voici le rapport ARS de cette rencontre : 2020_06_06_ rencontre_syndicats

 

Alors, les grands généraux peuvent se féliciter d’avoir « géré » la crise mais sur le terrain,  nous savons qui a réellement géré cette crise, entre ordres et contre ordres de la DGOS,  l’EOH, les modifications des protocoles d’isolement, ce n’est plus « Air » mais gouttelettes » etc… Les agents se sont sentis trahis et floués par tant de fausses notes depuis le début de la prise en charge de l’épidémie par le gouvernement.

Aujourd’hui dans le cadre du Ségur de la santé, nous voulons une réponse sans commune mesure en réponse à l’effort de chacun et chacune. Cette réponse doit forte et immédiate !

  • Revalorisation salariale pour tous les corps de métiers de la santé,
  • plus de moyens humains et matériels notamment dans les EHPAD et dans les structures Psy, Pédo-psy,
  • une possibilité d’évolution de carrière et un accès plus facile à la formation,
  • une réelle réflexion sur l’attractivité de nos professions et de fidélisation…

 

D’autres mobilisations sont à prévoir et nous comptons sur vous tous pour revenir aussi nombreux

que ce jour mémorable pour donner toute l’ampleur nécessaire

pour peser sur les négociations à venir pour l’Hôpital et les Hospitaliers !