FO-HUS à l’ARS de Nancy le 8 décembre


Le mercredi 8 décembre 2020, FORCE OUVRIERE a organisé une manifestation devant l’ARS de Nancy avec des personnels des différentes structures médico sociales de la région Grand-Est. Cette manifestation fait suite à l’exclusion des personnels sociaux et médico-sociaux, des mesures du Ségur et en autre de l’attribution de l’augmentation salariale promise par le Gouvernement.

Une délégation composée de Christian Prud’homme, Secrétaire Régional FO Santé Alsace et Secrétaire Général FO-HUS , de Gilles Hunzinger, Secrétaire Général du CDRS de Colmar accompagnés par des personnels, a été reçue par M. Frédéric Remay de l’ARS Grand Est.

Lors des débats l’exclusion des personnels médico-sociaux dans les mesures Ségur. a été abordée.

Sur ce point, nous avons eu la confirmation qu’un travail avait été amorcé autour de la question du handicap et que sera rajouté à l’ordre du jour de cette mission, grâce à nos diverses remontées, l’extension du Ségur aux catégories actuellement exclues.

Cet entretien, nous a permis également d’aborder 2 autres sujets d’importances :

  • Notre demande de suppression du jour de carence pour les agents contaminés pendant la seconde vague. Ce jour de carence est vécu d’une part pour les personnels comme une injustice car la plupart ont été contaminés sur le lieu de travail et que ce maintien ne fera qu’accroitre le risque de transmission du virus puisque les agents ne voudront plus se mettre en arrêt alors même qu’ils pourraient être contaminés pour éviter de se voir imputer un jour de carence et être amputé de leur prime de fin d’année.
  • Le second point est celui de la reconnaissance en maladie professionnelle pour les agents contaminés par la COVID. FORCE OUVRIERE est en désaccord total avec le décret et exige une réécriture de ce dernier afin de reconnaître en maladie professionnelle tous les agents qui ont pu contracter le virus dans les services. Christian Prud’homme a rappelé que la consigne qui avait été faite aux agents était la non nécessité de porter un masque en début de crise sanitaire !

Il est donc nécessaire que ce Gouvernement reconnaisse ses erreurs car si les recommandations avaient été de porter un masque dès le début de la pandémie, les personnels auraient pu être mieux protégés et nous aurions moins de cas COVID et de décés parmi les rangs des soignants. Pour FO, il est inadmissible que des agents qui avaient demandé des masques sans avoir la possibilité d’en recevoir puissent avoir été contaminés de ce fait.

Force Ouvrière a déposé une plainte contre X pour mise en danger de la vie d’autrui avec 4 cas retenus qui attestent de cette mise en danger des agents pour leur famille dans leur exercice professionnel.

Il est donc justifié que ce Gouvernement prenne ses responsabilités pour que cette situation ne se reproduise plus.