Manifestation devant l’ARS

Ce mardi 27 septembre 2022 s’est tenu une manifestation devant les portes de l’ARS de Strasbourg. L’intersyndicale FO-HUS, CFDT, UNSA a tenu à montrer que le combat continu en Alsace pour la sauvegarde de notre service publique hospitalier et la reconnaissance du travail fourni au quotidien par ses agents.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une délégation intersyndicale avec pour FO-HUS, Christian Prud’homme, Secrétaire Général FO-HUS et Région Alsace, Sandra  DAEFFLER,Secrétaire Général Brumath et Thomas du CHU d’HAGUENAU, a été reçu par la Directrice de l’ARS Grand Est Mme Virginie CAYRE.

L’objectif était de maintenir les échanges et faire remonter au niveau ministériel  le cahier des revendications faisant suite aux différents chantiers du Ségur 2 avec notamment la demande du versement du CTI pour tous, la refonte d’une nouvelle grille pour les catégories C à l’instar de ce qui a été fait pour les catégories A et B, la revalorisation du travail de nuit et des week end, une augmentation significative du point d’indice.

Cette réunion aura été aussi l’occasion de réaffirmer que le syndicat FO-HUS est opposé à toute contre-réforme des retraites.

 

Lettre à Mr le Ministre des Solidarités et de la Santé : Situation des Urgences du CHU de Strasbourg

 

 Strasbourg, le 13 septembre 2022

 

Objet : Situation des Urgences du CHU de Strasbourg

 

Monsieur le Ministre de la Santé,

Le 17 mars, un évènement dramatique est survenu au sein des urgences du Nouvel Hôpital Civil de Strasbourg à savoir le décès non attendu d’un patient pris en charge dans ce service.

Au regard de ce drame et sans porter de jugement ni anticiper sur les responsabilités pouvant être connues ou reconnues nous avions souhaité la mise en place d’une enquête IGAS permettant de faire toute la lumière sur les raisons et les causes potentielles de cette issue fatale.

Devant la récurrence de la dégradation des prises en charge et du fonctionnement délétère des urgences, nos inquiétudes légitimes nous ont amené à alerter les acteurs et les tutelles depuis 2018 avec un dernier rendez-vous avec Madame la Préfète Josiane Chevalier, en date du 8 février 2022.

Ainsi pour cette demande, nous avions écrit à Monsieur le Ministre Olivier Véran le 8 avril 2022 pour lui factualiser avec une partie des éléments en notre possession, cette demande qui nous paraissait être une bonne solution sans interférer avec l’enquête judicaire.

Cette requête IGAS avait été appuyée par un courrier de Madame la Sénatrice Raymonde Poncet, membre de la commission Jomier.

A cet instant, après l’évènement dramatique et ce, pour apporter des éléments probants sur ces situations dégradées que nous dénonçons depuis plus de 4 ans avec notamment un dépôt de plus de 30 droits d’alertes suivis de 40 CHSCT sur ce sujet, nous avions également demandé à être reçu par Madame la Maire de Strasbourg, par la Madame la Directrice de l’Agence Régionale de Santé Grand-Est et Madame la Préfète Grand-Est.

Nous n’avons été reçus par aucune de ces tutelles depuis et ainsi nous n’avons pas pu porter ces éléments malgré une connaissance du dossier très poussée et factuelle au plus près de la réalité du terrain. Nous nous inscrivions dans une démarche progressiste avec des objectifs d’améliorations permettant d’apporter de la sérénité et de la sécurité dans les prises en charge.

Malheureusement, à nouveau aujourd’hui, nous devons déplorer un décès dans ce service faisant l’objet d’une déclaration d’Évènement Indésirable Grave (EIG) en date du 1er septembre 2022 à 14 h 40.

Ce décès intervient 36 heures après le dépôt d’un droit d’alerte fait par nos représentants Force Ouvrière dénonçant une énième situation de blocage et surcharge des urgences du Nouvel Hôpital Civil de Strasbourg.

Le soir du droit d’alerte, le constat de cette situation dégradée et potentiellement compliquante pour les prises en charge, est partagé par le Directeur de garde qui s’est déplacé au sein du service.

A savoir le 30 aout à 23 h, il y avait 50 patients pour 30 places sur brancards avec des véhicules en attente dans le SAS de dépôt des urgences.

Le lendemain, la situation ne présente aucune amélioration avec 40 patients dont 26 présents plus de 12 h sur brancards. Ainsi nous demandons un CHSCT extraordinaire qui nous sera refusé l’après-midi de ce même jour à 16 h29 par la Présidente du CHSCT et nous nous verrons renvoyer à la date prévue du CHSCT ordinaire le 15 septembre 2022.

Ce patient arrivé le 31 aout dans le début d’après-midi sera retrouvé décédé le lendemain au moment des transmissions et déclaré mort à 14 h 40. La situation du service des urgences était à l’identique à ce moment précis puisque le 1er septembre on dénombre 43 patients pour 30 places avec 25 patients de plus de 12 h.

Comme pour le premier drame, nous ne voulons pas interférer dans les enquêtes internes et/ou judicaires mais aujourd’hui, nous sommes en droit de nous questionner sur la multiplicité des évènements graves de ce service et sur l’incapacité à répondre et apporter des réponses et solutions pouvant pourtant être mises en place.

Lors de nos démarches multiples et rencontres notamment avec notre Direction Générale, des engagements clairs avait été pris à savoir :

  • La mise en place d’un gestionnaire de flux sur place aux urgences demande plébiscitée par l’ensemble des professionnels médicaux et paramédicaux.
  • La réorganisation du pôle paramédical et médical avec une attention portée sur le management.
  • L’étude pour une mise en place d’un service tampon post-urgence déployable à la demande du Sénior en situation de tension, expérience réalisée en 2019.

Aucune de ces mesures n’est appliquée aujourd’hui, il nous apparait obligé de constater une volonté d’inaction progressiste et de rester dans la continuité d’un immobilisme dilatoire en se reposant totalement sur l’engagement et l’éthique des professionnels.

Aujourd’hui, en parallèle de ce nouveau drame, nous constatons une fuite et un abandon de nos professionnels vers d’autres établissements voisins, cette situation se doit d’être traitée rapidement avec toute la célérité et l’expertise que peuvent amener une enquête IGAS.

Aujourd’hui, le constat général de l’établissement est fortement dégradé avec 300 lits fermés pour raisons de Ressources Humaines dont la moitié des lits de l’Unité d’Hospitalisation de Courte Durée attenante aux urgences du Nouvel Hôpital Civil de Strasbourg et 250 postes d’infirmiers vacants.

Au regard de ces éléments et de nos craintes de récidives, il parait essentiel qu’une analyse des difficultés de gestion du risque au sein des urgences du NHC soit menée et que les engagements pris soient enfin tenus.

Nous restons à votre disposition et vous prions d’accepter, Monsieur le Ministre de la Santé, nos salutations les plus respectueuses.

Christian Prud’homme

Secrétaire Général FO-HUS

Secrétaire Régional

Force Ouvrière des services de Santé

ETAT DES LIEUX ACTUEL DE LA FONCTION PUBLIQUE HOSPITALIERE EN ALSACE POINT D’ETAPE AVEC LES DEPUTES

Au lendemain du 2ème tour des élections législatives en date du 21 juin 2022, FO-HUS a adressé un courrier aux nouveaux Députés élus par les citoyens Alsaciens pour leur faire remonter l’état des lieux actuel de la Fonction Publique Hospitalière en Alsace et dans quel état se retrouve une majorité de professionnels notamment suite aux différentes vagues de l’épidémie de Covid.

Comme nous le disons depuis maintenant plus de 2 ans, cette épidémie a mis en exergue l’insuffisance de moyens alloués à la Fonction Publique Hospitalière et ce depuis plus de 15 ans avec comme vous le savez, une volonté de diminution du nombre de lits et par conséquent de professionnels.

En faisant ce point d’étape catastrophique avec les Députés, nous leur permettons d’amorcer une solution législative pouvant permettre une sortie du cercle vicieux à savoir, sous effectifs et surcharge de travail permettant un retour à des prises en charge plus humaines dans les règles de l’éthique de l’ensemble des professionnels.

Cette possibilité serait de légiférer sur la normalisation de l’ensemble des services, c’est-à-dire une obligation de ratio entre professionnels et patients comme elle existe aujourd’hui dans les services de réanimation et/ou de pédiatrie.

Ainsi par obligation, on pourrait imposer ce ratio par exemple à 1 Infirmier pour 8 patients en service de médecine, ce qui semble être une norme acceptable pour les sociétés savantes.

Sans résoudre évidemment la crise de l’Hôpital Public, cette possibilité permettrait d’apporter une lueur de sortie à l’ensemble des professionnels sur le terrain.

Des Députés ayant la capacité de faire des propositions de loi à l’Assemblée Nationale pourraient dès demain faire et soutenir une telle proposition.

Sur les 15 Députés contactés, 6 aujourd’hui nous ont répondu, nous mettons en ligne les réponses et nous vous invitons à en prendre connaissance sur notre site FO-HUS.

Dès l’automne 2022, nous relancerons l’ensemble des Députés sur ce point précis et les mettrons face à leurs responsabilités le constat étant fait et partagé, maintenant il faut apporter les propositions et les actions permettant de redonner du sens au travail de l’ensemble des professionnels de la FPH.

N’hésitez pas à prendre contact avec FO-HUS, pour la possibilité courant de l’automne d’un prochain courrier partagé.

Cliquez sur les liens pour accéder au courrier envoyé par FO-HUS aux députés et à leurs réponses :

2022 06 21 – Situation des Ets Alsace – Elus

Brigitte Klinkert LREM – Situation des Établissements sanitaires en Alsace

Bruno Fuchs LREM – Situation des Établissements sanitaires en Alsace

Emmanuel Fernandes NUPES – Situation des Établissements sanitaires en Alsace

Françoise Buffet Ensemble – Situation des Établissements sanitaires en Alsace

Louise Morel Ensemble – Situation des Établissements sanitaires en Alsace

Raphaël Schellenberger LR – Situation des Établissements sanitaires en Alsace